Lagavulin 21 ans

56.5% alc./vol.
2007 limited edition of 6642 bottles.

André 91%
Bon, certains me lapideront pour coter cette version avec qu’un « lamentable » 91% mais 1300$, c’est 1300$, et 1300$ c’est une bonne dizaine de bouteilles de Lagavulin 16 ans… Tourbe et alcool passablement agressif (un peu trop à mon goût personnel) et j’ai l’impression que cela dénature un peu trop le Lagavulin habituel. Oranges et citron aussi en bouche et toujours cette tourbe adorable et bien présente. L’alcool est encore plus présent en bouche et éteint les arômes un peu trop mais maudit que c’est bon, cette tourbe animale et si distinctive, ces saveurs de poisson salés, de ports côtiers et ces saveurs maritimes. Le sel est encore plus présent en finale s’accompagnant au bras de la tourbe d’un côté et de la fumée terreuse de l’autre. Un trio explosif… La pute de luxe des whiskies.

RV 95.45%
Clandestin, un grand cambriolage gustatif élaboré, calculé mais avec l’adrénaline du risque . La tourbe de Lagavulin affronte tout autant les narines, mais l’attaque est profonde et plus côtière que dans le 12 ou le 16 ans, avec peut-être un soupçon d’orange. Dès l’arrivée sur la langue, c’est la fumée de Laphroaig qui prend la première ligne, laissant petit à petit la place à la tourbe profonde, moins animale, plus ordonnée. Et alcoolisée. Et pimentée sur la langue. La finale est peut-être un peu trop douce, mais la langue picotte encore… en demande plus. Difficile d’en trouver par contre. Voici la distillerie. Let’s roll.

Patrick 96%
Océanique, tourbé, poudre de fusil avec une bonne pointe de cerises et un fond… Malpropre. En bouche, la texture est huileuse, extrêmement salée, marquée par la cerise. En fait saumon fumé aux épices. La finale est salée, marquée par la saumure. Un summum d’équilibre, un chef d’œuvre.

Leave a Comment

English EN Français FR