Kilchoman Loch Gorm 2014

46% alc./vol.
Affiné en fût de xérès Oloroso pour une période de 6 mois.

André 92%
Le mariage Kilchoman et sherry cask est parfait. Tourbe fruitée et épicée , les 2 éléments se complètent mutuellement et décuplent aussi leurs forces communes, avec un trait-d’union d’épices. La balance st encre une fois exceptionnelle, les fruits rouges, la tourbe épicée… wow … Le sherry est juste à point, ni trop présent, la tourbe typique est amadouée par ce sherry langoureux et racoleur, mais nous sentons tout de même la puissance latente et tranquille en sous-entendu. La finale est un crescendo de tourbe fruitée, longue et persistante en bouche, d’où émergera un filin de sel. L’aftertaste est tourbé et bien sucré, très doux.

Patrick 93%
Nez : Fumée cendreuse de tourbe, avec une petite pointe fruitée et épicée. Bouche : D’abord le fruit, puis les épices et ensuite une belle vague fumée qui vient tout noyer. Finale: En finale, le fruit revient nous saluer, mais l’ensemble s’étire longuement sur la fumée et la cendre. Balance : Une autre réussite!

Martin 91.5%
Reflets cuivrés qui en disent long sur son héritage de xérès. Nez: Dattes, caramel brûlé, chène, pruneaux et orange sont enveloppés d’une douce efflufe tourbée. Bouche: Tel qu’annoncé par le nez, la fumée marie habilement tous les aspects typiques d’un fût de sherry dans un bain d’orge juteuse et sucrée. Finale: Raz-de-marée de fumée vanillée et fruitée à n’en plus finir. Équilibre: L’union fort réussie d’un monstre de sherry et le l’âme de l’Islay. Le meilleur des deux mondes, comme dirait Locutus.

RV 89%
Comme Héraclès à Stymphale, au lac Kilchoman triomphe. Au nez on oublie la tourbe végétale salée de Kilchoman et on plonge dans les fruits. Après quelques éclaboussures de fumée liquide, la finale est empreinte de tourbe, beaucoup plus fumée que les autres expressions de la distillerie. Comment un whisky tourbé peut triompher du sherry? Voici l’une des meilleurs réponses.

0 thoughts on “Kilchoman Loch Gorm 2014

  1. Eli 91%
    Une couleur super sexy. On voit que ce whisky s’est bien inspiré du cask oloroso dans lequel il patientait. La tourbe et le sucre en poudre sur le top d’un cup cake à la vanille et au bourbon (ça doit exister). Plus médicinal que fumé selon moi. Un raisin sec Sultana dans la petite boîte rouge. J’aime beaucoup. Il y a cette caractéristique particulière – les fruits séchés et la richesse de ce whisky sont tout à fait sublimes. Luxueux. Moins d’épices que ses acolytes. Sucré plus porto, plus vineux genre du porto dans un cup de chocolat et ce mélange en bouche. Mélasse fumée en finale.

  2. Au nez on détecte clairement le sherry cask, un peu de sirop d’érable, de poire pochée au vin rouge et une odeur caractéristique que j’associe au rayon des pneus du Canadian Tire… un caoutchouc propre. Dès la première gorgée il se révèle fruité, riche, mais avec encore un peu de la sécheresse qui caractérise Kilchoman. S’ajoute une légère fumée poivrée, typique d’Islay. Sans être marquant, il s’agit d’une belle entrée en matière pour quiconque désire apprivoiser Islay. 87%

Leave a Comment

English EN Français FR