Talisker Distiller’s Edition 2006-2016

45.8% alc./vol.

André 93%
Feu de plage, confiture de fruits rouges, poivre noir broyé, notes maritimes, framboises, caramel poivré, piment fort. Somptueuse douceur de la texture en bouche, bluets, framboises, poivre et piment de Cayenne, framboises, fumée de feu de plage. Les saveurs fruitées sont exquises et se mélange à merveille avec les notes fumées, poivrées et pimentées. Finale légèrement salée, poivrée et fruitée, longue mais dosée avec habileté, pas en force mais toute en persistance.

Patrick 93%
J’en suis rendu à acheter chaque édition annuelle. Que pourrais-je dire de plus? J’ai ouvert la bouteille la semaine dernière et je commence à en entrevoir le fond? (j’ai pas eu de misère à convaincre quelques amis de m’aider!) Nez : La délicieuse fumée de tourbe légèrement poivrée de Talisker, enrobée subtilement de fruits sucrés. Bouche : Très suave, avec une riche fumée poivrée, et un peu de fruits sucrés. Finale : D’une belle longueur, portée par une belle fumée.

Laphroaig 17 ans 1993 Single Cask

58.8% alc./vol.
Bourbon Cask #5167

André 94.5%
Oufffff… Solide… La douceur des années passées doucement dans le bourbon cask a domestiqué la tourbe médicinale habituelle de la distillerie, même l’asphalte a perdu un peu de son agressivité délavée par une bordée de pluie aux accents de sel de mer, une pointe de tarte au citron, d’ananas en tranche, pansements antiseptique, café noir, oranges, citron et agrumes. Superbe texture veloutée en bouche en introduction, puis une vague progressive de tourbe phénolique et maritime, poivrée, notes de diachylons, aux notes de gingembre, de poivre concassé et d’agrumes. Pointe salée en finale, beaucoup d’agrumes et d’oranges, tartelette au citron. Les notes de tourbe sont intenses et dosées habilement, la sensation alcoolisée ne se pointe même pas le nez. Un Laphroaig complexe, hyper bien équilibré et qui montre que l’épine dorsale du whisky est majestueusement loin des dernières versions soporifiques que l’on nous offre sur le marché.

Bruichladdich 27 ans

53.5% alc./vol.
Distilled 15/11/1989 Fresh Bourbon Cask #44

André 93%
La noblesse des ‘’vieux’’ whiskies, lorsqu’ils sont bien présentés, a quelque chose de bien spécial, l’impression du privilège presque coupable de prendre une parcelle d’histoire et de l’approprier. Un des derniers fûts disponibles de l’année 1989, transféré lui aussi dans un fresh bourbon cask en 2012 par Jim McEwan. Au nez, les poires, l’ananas frais, les oranges, sensation maritime rafraichissante à saveur de citron et la légèreté de la crème fouettée. La texture me rappelle l’onctuosité de certaines liqueurs, mais les saveurs pourraient s’apparenter à certains affinages Madeira Cask, le côté sucré moelleux et dodu. On a aussi en bouche une touche florale de type lilas en fleur, sensation un peu poudreuse en fond de bouche, vanille, salade de fruits, jus de poires, ananas frais, pommes vertes. Un tango de saveurs tropicales, fraiches et festives. Langoureuse finale fruitée assaisonnée d’une fine touche d’épices discrètes. Divin, mais qui ne se laisse pas nécessairement approcher au premier regard. Demande du temps et de l’attention mais qui sera récompensé au centuple.

Bowmore 15 ans 2002, Cask sample Sherry Cask #2071/2002/507

% alc./vol. inconnu.

André 92.5%
Tout de suite au nez, on perçoit l’onctuosité qu’offrira ce whisky. Velouté et bold, un peu visqueux et gras, poivre noir, truffes aux cerises, gâteau aux fruits, confiture de fruits, sel de mer, tourbe lointaine, comme un cri de corne de brume. La bouche est plus diluée sans trop perdre de son moelleux somptueux, couverture de fruits secs et de sherry, poivre moulu e écorce d’oranges, fumée de tourbe persistante. Les épices percent le drap de fruits rouges comme des étoiles dans le firmament calme lors d’une nuit d’été. Bon, je me laisse emporter un peu… Tellement bon… Finale salée, poivrée et fruitée, tourbe amoureusement. Un clash de saveurs et d’intensité, texture aussi plus sucrée toute finale.

Bowmore 19 ans 1998

% alc./vol. inconnu.
Cask Sample, Bourbon Cask #514/1998/195

André 94%
Quand l’ancien distillery Manager Eddie Macaffer te verse ton verre directement du fût pour ton 50eme anniversaire, tu as déjà droit à la totale. Exquis, céleste, divin… Digne du Vault #1. Nez goulu, renversant; poires, melon d’eau, melon au miel, vanille, croustade aux pommes, fruits exotiques, oranges. Pléiade de fruits exotiques cintrés de nuages de fumée de tourbe en bouche et d’un feu d’artifice d’épices et de sel de mer. J’ai en tête des notes de poivre de cayenne et d’épices des Caraïbes, poivre rose, de melon d’eau et au miel, de tarte aux poires et aux pommes, zeste d’orange. Bowmore est un whisky qui s’exprime tellement bien, tant en bourbon cask qu’en sherry cask, on en a la preuve ici. La finale est sans fin, pas musclée du tout juste constante, mélange de fruits tropicaux, de tourbe et de sel de mer. Un hommage à la mer, des tropiques ou du Nord.

Adelphi Liddesdale Bunnahabhain 21 ans

46% alc./vol.
Batch 10 – 1011 bouteilles

André 90%
Fruits tropicaux, melon au miel, oranges, ananas, vanille crémeuse. Wow, quelle texture, crémeuse et amoureuse, poires, ananas, oranges, melon au miel, vanille, caramel. Avec le temps des notes de poivre apparaissent et nuancent les notes fruitées on croirait même avoir droit à quelques notes de tourbe terreuse et verdâtre. Finale lente et langoureuse, sirop de fruits, ananas, melon au miel, fruits tropicaux, une touche de cerises noires. Superbe, langoureux et inspirant.

Patrick 87%
Le nez m’a grandement déconcerté, mais une fois en bouche, ça se tasse pour devenir un superbe dram. Nez : Étonnant parfum de sève, d’herbe fraîchement coupée, d’agrumes et de bois frais. Bouche : Un peu de fumée, du chêne brûlé et épicé, des agrumes, une touche de sucre et un peu d’herbe. Finale : D’une longueur moyenne, épicée, boisée et légèrement fumée.

English EN Français FR