Arran 14 ans

46% alc./vol.
Issu de l’assemblage de fûts de bourbon et de sherry de premier et deuxième remplissage.

André 88%
Simple mais tellement bien équilibré. Nez fruité (pêches, pommes poêlées dans du beurre. Plus rond que le 10 ans, hyper léger, une touche de brûlé et des notes typiques de la distillerie Arran, calmées par le sucre des fruits et du baril de bourbon. Finale étrange aux arômes d’épices et de bananes sucrées. Une étonnante surprise.

Patrick 87%
Céréales chauffées baignant dans un bain de xérès. Au goût, la saveur de chêne brûlé est proéminente, avec un soupçon de vanille, de sel et d’épices. Le tout est enrobé par un xérès assez agréable. Bien équilibré, plaisant en bouche, rien de révolutionnaire mais parfait pour les froides soirées d’automne où l’un veut simplement un dram pour se réchauffer.

Martin 85.5%
Jaune pâle au point d’y voir de la tourbe ou un fût de bourbon, avec de douces jambes pas trop pressées. Nez: Orge et herbe classiques de la distillerie. Sucre doré avec un peu de citron. Crème et vanille. Bouche: Jolis fruits, épices et réglisse rouge. Une touche de caramel et de chocolat blanc accompagne un drôle de sel marin. Finale: Sucrée et épicée, sur un lit d’agrumes, voire même d’ananas tranché. Belle longueur. Équilibre: À la hauteur d’Arran, malgré qu’il aurait été bien d’y retrouver un peu plus de complexité.

RV 88.5%
Revenir à la source peut se révéler un très beau voyage. Au nez, le grain à peine acide marque le début d’un scotch peut-être un peu trop apprivoisé. Par contre, en bouche le grain se retrouve brûlé mais avec parcimonie. En finale, le grain se raffine et se termine sur de la farine brune toujours un peu brûlé. Silencieusement, c’est un whisky d’équilibre qui s’installe de manière confortable là où les finitions tentent parfois trop de se faire remarquer. Arran comme il devrait s’en faire davantage.

0 thoughts on “Arran 14 ans

  1. Eli 92%
    Étonnamment pas si tourbeux, voir même une touche de sucre, doux, sans épices. Très agréable en bouche, on goûte le fruit, plus un fruit rouge sucré comme la fraise, mais pas la fraise de début juin, plus celle de fin juin et surtout pas celle de la Californie en décembre. Je n’ai pas goûté ce Arran à l’aveugle alors je suis peut-être un peu biaisée sur le produit. Vous enlèverez 2 points (mais pas plus).

  2. Au nez, doux caramel sucré, marmelade et vernis à ongle, un mélange étrangement invitant. En bouche il se révèle beaucoup plus sec, avec une attaque sur le bois très vive, presque rough. Quelques notes herbacées de foin sec s’ajoutent ensuite. Malheureusement il manque un peu de complexité, de profondeur. 80%

Leave a Comment

English EN Français FR