AnCnoc 2000

46% alc./vol.

André 88%
Un An Cnoc bien différents des autres parutions phare de 12 et 18 ans, avec des notes de fruits rouges ressemblant pas mal à l’utilisation de fûts de sherry. On a bien droit encore à cette belle texture douce et de beurre des fûts de bourbons mais les épices au nez et en bouche trahissent l’utilisation de fûts de chêne européen dans le mélange composant cette recette. Raisins secs enrobés de chocolat noir, fruits séchés en vrac, vanille et cette même ligne directrice d’agrumes un peu acide. En bouche, le whisky est plus porté sur les fruits rouges et les épices, les oranges confites, la cerise noire. La texture est soyeuse mais relevé par les épices un peu pointues. La finale tient la note très longtemps avec ses accents de poivre et d’épices nappant une belle dose de fruits rouge et de sherry. Un single malt avec beaucoup de souplesse et de nuance, teinté d’épices plus volubiles que dans les éditions régulières. De quoi se préparer pour les éditions de22 et 24 ans, le 1975 et leur sherry opulent.

Martin 87%
Cuivre très luxueux, jambes moyennes mais lentes. Nez: Malt grillé, miel et fleurs percent tant bien que mal un épais brouillard d’alcool qui semble maladroit au début, mais qui cède rapidement la place à vanille, chocolat et orange. Bouche: Crème champêtre, vanille et miel épicé. La chaleur d’un fût de xérès n’est pas étrangère à ce dram. Réglisse noire en fin de bouche. Finale: Assez longue et épicée, elle nous laisse sur des notes de chêne sec, d’orange, de miel et à peine de caoutchouc fumé. Quelques noisettes.
Équilibre: Très agréable et plutôt bien balancé. Le nez est fort surprenant, après quelques accrocs en bouche la finale se rattrappe. Je le trouve cher, mais même et surtout pas le scotch n’échappe à l’inflation. Je n’étais pas convaicu au départ, mais comme on dit la rédemption passe par l’acceptation.

Leave a Comment

English EN Français FR